Coup de cœur pour une fieffée canaille


Et si l’Histoire qu’on nous enseigne avait été complètement réécrite afin de reléguer au rang de légendaires des créatures ou peuples disparus ? Cette idée évoquée aux Imaginales durant une lecture m’a tout de suite séduite, les extraits lus ont fini de me convaincre. Je me suis donc empressée d’acheter ce premier tome.

 
Un vocabulaire riche, des descriptions qui s’intègrent à l’action, une verve caustique parfois un peu désabusé qui convient parfaitement au personnage : le roman est écrit à la première personne et au présent. L’immersion est totale, la tension maîtrisée, et jamais je n’aurais cru prendre du plaisir à vivre les détails d’une  joute ou d’une passe d’armes ! La double intrigue tient en haleine jusqu’à la toute dernière page, sans pour autant frustrer.


Le héros, cette canaille de Kosigan, ne se la joue pas Robin des Bois ou Zorro, il n’a rien à envier à des voyous tels que Simon Templar (le vrai, l’original, celui des premiers romans de Leslie Charteris, pas l’édulcoré interprété par Roger More) ou encore d’un certain Capitaine Jack Harkness dont il partage plus d’un travers. Bref, un personnage à la foi haut en couleur et tout en nuance de gris comme je les aime. Ses compagnons comme ses adversaires ne manquent pas eux non plus de caractère et nous réservent quelques surprises.

 

 

A lire absolument si on aime :


- les uchronies aussi crédibles qu'improbables

- Les créatures légendaires quelques soient leurs origines

- les filouteries bien huilées


A éviter si on cherche :


- une quête initiatique ou une épopée héroïque

- des gentils au dessus de tout soupçon

- des certitudes bien établies

 


Le petit plus du livre : Les médiévistes apprécieront sans doute aussi de retrouver un Moyen âge crédible dans ses us et coutumes comme dans ses décors ce qui n’est pas toujours le cas en Fantaisie, on doit bien l’admettre.


Titre : Le Bâtard de Kosigan T1 - L'ombre du pouvoir

Auteur : Fabien Cerutti

Editeur : Mnémos

Nombre de pages : 352



Quatrième de couverture :


Le chevalier assassin, Pierre Cordwain de Kosigan, dirige une compagnie de mercenaires d'élite triés sur le volet. Surnommé le "Bâtard", exilé d'une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses pouvoirs et son art de la manipulation au service des plus grandes maisons d'Europe. En ce mois de novembre 1339, sa présence en Champagne, dernier fief des princesses elfiques d'Aëlenwil, en inquiète plus d'un. De tournois officiels en actions diplomatiques, de la boue des bas fonds jusqu'au lit des princesses, chacun de ses actes semble servir un but précis. A l'évidence, un plan de grande envergure se dissimule derrière ces manigances. Mais bien malin qui pourra déterminer lequel... Dans la lignée des meilleurs romans de fantasy historique comme Le Lion de Macédoine de David Gemmell, Le Bâtard de Kosigan mélange avec brio la fantasy anglo-saxonne et l'histoire de France. Fabien Cerutti nous conte, dans ce roman qui se lit avec beaucoup de plaisir, une aventure pleine d'humour, de panache et de surprises...


Et si l’Histoire qu’on nous enseigne avait été complètement réécrite afin de reléguer au rang de légendaires des créatures ou peuples disparus ?

 

En 1339, que Pierre Cordwain de Kosigan participe à un tournoi dont la dotation a attiré les meilleurs chevaliers de la chrétienté, mais aussi quelques représentants des anciens peuples. Ce mercenaire à la réputation sulfureuse tire dans l’ombre les ficelles d’une intrigue dont lui seul connaît les tenants et les aboutissants.

Parallèlement, en 1899, Kergaël de Kosigan, historien au passé trouble, fait un bien étrange héritage dans des circonstances qui le sont tout autant.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Ta petite Corneille (samedi, 19 juillet 2014 22:41)

    C'est malin. Je fais comment pour ne pas l'ajouter à ma liseuse, maintenant ? :p Y a pas à dire, tu sais donner envie de lire, toi <3

  • #2

    pascal bléval (dimanche, 20 juillet 2014 11:04)

    Corneille a raison : vu que tu t'es toujours révélée de bon conseil, ça va être dur de résister! C'est malin tiens. ^^