Pourquoi écrire du space opera ?

 

 J’ai grandi, coincée entre deux fantasmes, aujourd’hui presque oubliés, enterrés. D’un côté la guerre froide avec les menaces de destruction planétaire qui les accompagnaient. J’en faisais des cauchemars récurrents que seule la chute du mur de Berlin a définitivement bannis de mes nuits.

 

De l’autre, il y avait la conquête spatiale : les premiers pas sur la lune, je les ai vécus en direct, assise avec mon frère et mes cousins sur le tapis du salon des grands-parents. À douze ans comme la majorité des enfants de ma génération, je pensais que star trek était pour demain. Le futur était mon champ d’évasion, mon terrain de jeu, le cadre de mes premières histoires. Des histoires complètement décousues et souvent très utopiques.

 

Je n’écris pas du space opera pour être crédible, en tout cas pas plus que l’auteur de fantaisie ou de fantastique, mais juste parce je persiste à vouloir croire à un futur. Un futur où l’homme a grandi de ses erreurs, un futur fantasmé qui fait envie, pas un futur qui me fiche pas les jetons.


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Escrocgriffe (mercredi, 04 décembre 2013 14:33)

    C'est marrant de se dire que les personnes qui connu la Guerre Froide, personnes dont je fais partie, ont un peu le même état d'esprit ! On a certaine vision du futur, optimiste grâce à Star Trek, mais aussi la crainte de l'apocalypse nucléaire. J'ai l'impression qu'avant les années 90 il était plus facile d'inventer du space opéra, tant aujourd'hui on connait de grands bouleversements technologiques sans précédent.

  • #2

    takisys (mercredi, 04 décembre 2013 19:31)

    :) c'est pour ça que je classe le space op au même plan que la fantaisie, pour quoi reléguer des univers aussi riche sous un pseudo prétexte scientifique ? il s'agit de futurs imaginaires, fantasmés, il s'agit de rêver et de faire rêver le lecteur.
    Attention, je ne dis pas qu'il faut le prendre pour un imbécile, mais je ne vois pas pourquoi la hard sf serait plus légitime que le space op, nous n'avons pas vocation à prévoir le Futur.